Magazine L’histoire d’amour qui a donné vie au Taj Mahal

10/01/2020

C’est à Agra, au nord de l’Inde, que se découvre l’une des sept merveilles du monde : le somptueux Taj Mahal. Le palais est une étape indispensable pour tous les voyageurs amateurs d’arts et d’histoire... d’amour. Eh oui ! Le monument, inscrit à l’UNESCO depuis 1983, raconte avant tout l’incommensurable passion d’un prince épris de sa princesse. Mieux, il l’expose au monde. C’est l’histoire de Shah et Mumtaz.

Shah et Mumtaz se rencontrent au XVIème siècle alors qu’ils ne sont qu’adolescents. Lui est le fils d’un puissant empereur moghol. Elle est la plus belle fille du royaume. Le coup de foudre est immédiat. Et comme dans toutes les grandes histoires d’amour, des obstacles se dressent entre les deux héros qui luttent pour leur précieux « heureux à jamais ». Les mariages arrangés vont bon train dans l'Empire, ce qui contraint le Raj à épouser deux autres jeunes filles, avant d’enfin épouser sa bien-aimée Mumtaz en 1612.

Favorite, la princesse dépasse le rôle qu’on concède alors aux épouses d’un monarque : elle épaule et guide Shah dans ses projets de conquête et d’explorations, et elle l’accompagne même sur les champs de bataille. Leur idyllique est telle qu’elle attise la jalousie de la cour royale. Mais peu importe, plus rien n’arrête nos deux amoureux. D’ailleurs, ensemble, ils mettent au monde treize enfants. On dit que les fruits de leur union avaient la beauté de leur mère et la prestance de leur père. La vie semble sourire à Shah et Mumtaz. Mais encore une fois, comme dans toutes les grandes histoires d’amour, un drame scelle le destin de nos deux héros, cristallisant leur passion dans le temps, à l’envieux statut de légende : Mumtaz meurt tragiquement à 40 ans, en donnant naissance à leur quatorzième enfant.

Shah tombe alors dans une profonde dépression. Il s’enferme dans ses appartements pendant de nombreuses semaines. On raconte qu’il pleura si longtemps que sa vue baissa grièvement. Pour rendre hommage à sa défunte épouse, Shah ordonne la construction d’un gigantesque mausolée. Il fait alors venir à Agra 20.000 hommes et 1.000 éléphants. Pendant 22 longues années, l’édifice à la symétrie parfaite s’érige bloc de marbre par bloc de marbre, chacun taillé à la main, sans l’aide d’un quelconque plan. Il faut croire que rien n’était trop beau, ni trop grand pour sa belle. L’empereur conçoit le Taj Mahal de façon à ce qu’il résiste au plus terrible des tremblements de terre, dans l’idée que son effondrement se tournerait vers l’extérieur de la pierre, et non sur le tombeau de sa dulcinée, en face duquel il prévoit un espace pour sa future sépulture.

Une première légende dit que l’empereur fut si satisfait de son œuvre qu’il donna l’ordre de couper les bras de ses ouvriers; une deuxième qu’il leur offrit une retraite si importante qu’il leur apparut impensable de travailler un seul jour de plus. Tout cela dans le seul but de les empêcher de reproduire un jour une telle œuvre d’art.

Quelques années plus tard, l’empereur tombe gravement malade. L’un de ses fils aînés profite de ces circonstances pour s’emparer du pouvoir et jette Shah en prison. Une dernière légende raconte que notre héros mourut en cellule, le cœur et la tête tournés vers le palais de Mumtaz, éclairé par les premières lueurs du jour.

Evidemment, les tombeaux qu’on visite aujourd’hui sont des répliques. Les véritables corps des deux amants reposent côte à côte dans une aile souterraine de l’édifice, tenue secrète.